télétravail

Dans l’histoire, les moments de crise ont toujours apporté de grands changements et des incertitudes, et, par conséquent, de grandes avancées et non moins d’opportunités. Et c’est aussi vrai avec le télétravail.

Le terme a fait son apparition dans les années 70 du 20e siècle, alors que le globe faisait face à une crise pétrolière. Les inquiétudes concernant les frais de déplacement se sont intensifiées, ainsi, en réponse, certaines fonctions professionnelles sont ensuite passées au travail à distance.

Le télétravail

Ironie du sort ou pas, la pandémie provoquée par le Covid-19, en 2019-20, a accéléré la transformation numérique dans tous les secteurs d’activité, avec le télétravail comme pivot (et protection) du changement, pour le bien de l’économie.

Dans la suite, certains s’interrogent sur ce qu’est le télétravail sinon une réponse renouvelée (avec un autre format, il est vrai) à une nouvelle crise, d’une autre ampleur ? Mais c’est bien plus que cela.

En tout cas, et malgré la vitesse historique de ce changement, qui était déjà une tendance, le moment a débloqué de nouvelles opportunités et il ne fait analyser très attentivement, pas à pas, le meilleur moyen de se déplacer, comme on dit. .

Les grands consultants spécialisés dans le capital humain réfléchissent en même temps à de nouveaux préceptes pour des temps et des exigences nouveaux, créent des formules pour faire face aux nouveaux contours du télétravail.

La multinationale des ressources humaines , par exemple, examine le nouvel environnement du travail et souligne la nécessité de diviser le nouveau temps de travail (télé) en quatre moments fondamentaux.

Sur le même thème :   3 raisons pour lesquelles vous devriez adopter une stratégie inbound marketing

À savoir :

Une occasion plus corporal, où le top management communique pour que chacun connaisse la situation actuelle de l’entreprise ; un moment plus opérationnel, où des priorités sont définies pour les cinq ou six heures de travail quotidien, puisqu’il est impossible pour les gens de travailler huit heures quand ils ont, par exemple, des enfants à la maison ; un comble de caractère, dit pédagogique, puisque tous les salariés de l’entreprise n’étaient pas habitués à travailler ainsi, d’où la nécessité d’aider les personnes par des ateliers ou du coaching, à établir un agenda ; et, enfin, un temps de socialisation, avec les équipes opérationnelles prenant des pauses-café, décompressant et discutant de ce qui est au-delà du travail. Et cela les connecte et les accorde également.

Une expérience positive et un optimisme pour l’avenir

2020 a été, une année, difficiles pour les entreprises et les professionnels des ressources humaines. Non pas parce qu’ils ont dû élaborer de nombreuses réponses à la question de ce qu’est le télétravail, mais parce qu’ils ont dû créer de nouvelles politiques de travail à distance, améliorer les plateformes et mettre en œuvre des outils pour maintenir la communication avec les travailleurs et, par conséquent, surveiller les performances correspondantes, à une distance.

Les années de transition à venir ne seront pas moins faciles. Mais les indicateurs qui existent permettent d’envisager l’avenir avec optimisme.

À bien des égards, les résultats d’enquêtes menées par des experts du secteur ont montré qu’il y avait très peu d’insatisfaction vis-à-vis des conditions du télétravail, et dans bien des cas, l’univers sur lequel les études ont porté était composé d’un mélange de personnes qui rencontraient les situations de télétravail pour la première fois et d’autres pour lesquels la modalité était déjà utilisée.

Sur le même thème :   Comment choisir une carte bancaire avec cashback ?

Au Portugal, par exemple, plusieurs enquêtes indiquent que plus des trois-quarts des télétravailleurs souhaitent conserver cette condition à l’avenir. La modalité la plus préférée, cependant, est celle qui vous permet d’avoir une semaine de travail mixte, divisée par le télétravail (la plupart des jours) et par la présence dans l’entreprise.

Malgré la grande satisfaction de l’expérience du travail à distance (dans des pourcentages qui dépassent 70 %), les inquiétudes concernant la visibilité interne du travail effectué par les salariés, les doutes sur l’évolution de carrière, la gestion du stress et de l’anxiété, le surmenage (en heures effectives), les pertes dans le sentiment d’unité, d’appartenance et de communication, et des difficultés dans le travail d’équipe existent toujours.

Les enjeux futurs sont transversaux à de nombreux secteurs d’activités et passent par les notions de requalification et de montée en compétences. En d’autres termes, alors que la pandémie a accéléré la numérisation des processus, il est impératif d’accompagner l’automatisation par des investissements dans l’alphabétisation numérique des professionnels, dans la formation et la mise à niveau technologique des professionnels – en répondant aux opportunités mises en évidence par le changement, qui prévoient même la création de nouvelles fonctions (issues d’exigences d’innovation et de cybersécurité par exemple).

Nouveaux styles de travail

Les symptômes de tout cela, et la réponse aux doutes sur ce qu’est le télétravail, sont les soi-disant nouveaux styles de travail que, à travers les configurations d’expériences en cours, les professionnels expriment qu’ils entendent voir se maintenir à l’avenir. Parmi ceux-ci, figure non seulement le travail à distance, mais aussi des horaires de travail flexibles et des mesures visant à promouvoir le bien-être au sein des entreprises.

Sur le même thème :   Protéger le travailleur isolé : comment procéder ?

Ainsi, du fait des nouvelles pratiques de travail exercées un peu partout sur la planète, plusieurs enquêtes réalisées attestent, les collaborateurs expriment, de manière généralisée, qu’ils souhaitent voir le maintien du télétravail (dans différentes configurations), l’horaire flexible, l’utilisation optimisée de la technologie, des applications et des outils informatiques pour le travail et la productivité à distance, les pratiques de bien-être professionnel, une plus grande collaboration interservices et l’établissement de délais plus réalistes pour l’accomplissement des tâches.

Les entreprises, à leur tour, ont également extrait de cette phase de transition des pratiques qu’elles souhaiteraient voir maintenues pour les temps à venir. Et parmi eux figurent un plus grand investissement dans la technologie, une augmentation de la formation professionnelle adaptée au télétravail, la réduction et/ou la reconfiguration de l’espace physique des installations et l’adoption d’initiatives favorisant la santé mentale en milieu de travail.

D’après ce qui a pu être observé, les entreprises qui n’effectueront aucun type de changement sont résiduelles. Et, sûrement, ils n’auront aucun doute sur ce qu’est le télétravail…

Les RH sont le service le plus impacté par le télétravail , consultez notre site web Logiciel RH pour plus d’informations.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here